apply f2 La vitesse d'enregistrement ou fréquence d'enregistrement des images indique le nombre d'images enregistrées par secondes. Deux modes de balayage (enregistrement et diffusion) existent : mode entrelacé et mode progressif. En mode entrelacé, une image = 2 trames. Le balayage entrelacé (i) balaie l’écran une ligne sur deux (trames paires, trames impaires) à une fréquence de 60Hz pour le NTSC (30 images/s) et 50 Hz pour le PAL (25 images/s)
En numérique, le balayage peut-être entrelacé (i) ou progressif (p). Le balayage progressif balaie l'écran image entière.
Les standards NTSC et PAL concernent exclusivement la vidéo analogique et le mode entrelacé. Ces standards correspondent à des zones géographiques : PAL (Europe ...), NTSC (USA, Japon ...). Au passage du numérique les télévisions ont maintenu les zones géographiques pour le choix de la fréquence 50 ou 60 Hz donc de la fréquence d'images lors de la diffusion. Aujourd'hui donc la mention PAL ou NTSC qui figure dans les fiches techniques du matériel (caméscopes, logiciels) ne fait plus référence au standard de codage, mais uniquement à la fréquence d'images :
NTSC : 30i/s ou 60i, 30p (60Hz)
PAL : 25i/s ou 50i, 25p (50Hz)
À noter :
  • 50/60i : i = interlaced soit 50/60 trames par secondes = 25/30 images/sec
  • 50/60p : p = progressif, soit 50/60 images par secondes
Quelle fréquence choisir : 24 i/s, 25 ou 30 i/s, 50 ou 60 i/s ?
24 i/s : fréquence utilisée principalement avec matériel pour le cinéma
25 ou 30 i/s : fréquence la plus courante, en particulier avec un débit binaire moyen
50 ou 60 i/s : associée à un débit binaire de 50 Mbps, offre une meilleure qualité de l'image et augmente la fluidité de l'image pour les ralentis.

apply f2 L'effet vitesse lors d'un montage vidéo, permet d'accéler ou de ralentir le temps de défilement de l'image. Dans le cas d'un fort ralenti à partir d'une source à 25/30 i/s, la fluidité de l'image se détériore, pour palier à cet inconvénient on utilise alors une technique dite ralenti avec interpolation d'images (création d'images intermédiaires pour maintenir la fluidité).

.

 Contrôle de l'exposition I Histogramme I Indice de lumination

L'image prise avec votre appareil photo ou votre caméscope est-elle correctement exposée ?

Au fait , l'exposition qu'est-ce que c'est ?
Remontons à la source, à l'origine du terme "photographie".
Ce mot est issu de deux racines grecques : photo qui signifie "lumière, clarté", et graphein qui signifie "peindre, dessiner, écrire". On peut donc traduire photographie par peindre avec la lumière.

gif anime puces 284 Contrôle de l'exposition

Vous l'avez compris, la première notion de la photo est la lumière. La lumière est l'essence même de la composition. Donc pour réaliser une photo, votre appareil doit, pour chaque situation,  recevoir une certaine quantité de lumière. L'exposition c'est le contrôle de la quantité de lumière reçue par le capteur. Ce contrôle s'effectue par le réglage de 3 paramètres :

● ouverture de diaphragme : c'est le diamètre de l'ouverture lors du déclenchement. Plus l'ouverture est grande, plus la quantité de lumière est grande, et inversement plus l'ouverture est petite, plus la quantité de lumière petite. L'ouverture de diaphragme influe la profondeur de champ. Choisir Av (priorité ouverture) pour mettre en valeur le sujet principal (portait, fleur, insecte ...) avec un arrière-plan flou
● vitesse d'obturation : c'est le temps pendant lequel le diaphragme est ouvert. Plus le temps est long, plus de lumière pénètre dans l'appareil, et inversement. La vitesse influe dans l'image la perception du mouvement. Choisir Tv (priorité vitesse)  pour figer un sujet en mouvement.
● sensibilité : c'est la mesure de la rapidité de réaction de l'appareil photo à la lumière. Plus elle est élevée, moins il faut de lumière pour une "bonne" exposition. En numérique, la sensibilité se mesure en ISO. Une sensibilité élevée (à partir de 800 ISO) génère du bruit. Augmentez la sensibilité lorsque l'éclairage est insuffisant pour conserver une vitesse d'au moins 1/125 (sujet en mouvement) et que vous ne devez pas avoir recours au flash
 
Une quantité de lumière trop élevée se traduit par une image surexposée
Une quantité de lumière insuffisante se traduit par une image sous-exposée.
                                   sous-exposition                   exposition normale                     surexposition
                      exposition2   exposition1   exposition3
                      exposition2 2   exposition1 1   exposition3 3   
gif anime puces 284 Histogramme
L'affichage de l'histogramme sur l'écran de son appareil permet d'avoir rapidement un aperçu précis de l'exposition. La luminosté, du plus sombre au plus clair, est représentée par un graphique :
→ à gauche : les tons foncés (les gros pics indiquent qu'i y a beaucoup de pixels foncés
→ au centre : les tons moyens (le gros pics indiquent qu'il y a beaucoup de pixels de tons moyens)
→ à droite : les tons clairs (les gros pics indiquent qu'il y a beaucoup de pixels clairs
La vidéo ci-dessous vous montre l'évolution graphique de l'histogramme en modifiant l'exposition

L'histogramme est un indicateur très utile pour vous aider à prendre les bonnes décisions (paramètres d'exposition). Chaque fois que vous le pouvez, n'hésitez pas, utilisez-le.

gif anime puces 284 Indice de lumination

Quel nom barbare ! Essayons d'y voir plus clair.

Nous avons vu que le contrôle de l'exposition s'effectue avec 3 paramètres. En modes automatiques,  l'appareil calcule la luminosité pour une bonne exposition. Le calcul est effectué avec le posemètre intégré de l'appareil, lequel est étalonné  sur le gris moyen (18%). Dans certains cas, les modes automiques peuvent être faussés, notamment avec une couleur réfléchissante : neige sous le soleil, robe blanche de la mariée .... Si votre appareil possède la Correction de l'exposition (AEB), c'est une solution rapide et efficace pour assombrir ou donner plus de clarté à la photo. C'est ici qu'intervient l'Indice de Lumination (IL) ou Exposure Value (EV). La correction s'effectue par paliers de 1/3 ou par valeur entière par rapport à l'exposition standard (0)

ILBon d'accord, mais c'est quoi l'indice de lumination ?

Pas la peine de se prendre la tête, de sortir le tableau des correspondances IL par rapport aux couples f/N et vitesse d'obturation, pour choisir l'exposition correcte. Je simplifie dans cette partie l'aspect technique qui n'est pas susceptiple de vous faire avancer.

Si je vous dis 100 ISO - f/8 - 1/60e = IL 12 ça vous avance à quoi ? à moins de posséder un posemètre qui indique les valeurs EV (la valeur sur un posemètre est en général  en anglais donc EV).
En revanche, il est utile de retenir 2 notions simples:
→  lorsque vous doublez la quantité de lumière reçue par le capteur, vous augmentez de 1 IL, lorsque vous divisez par 2 la quantité de lumière, vous réduisez de 1 IL
→ lorsque vous modifiez l'un des 3 paramètres de l'exposition  de +/- 1 IL et que vous souhaitez conserver la même quantité de lumière, vous devez modifiez un second paramètre de -/+ 1 IL par exemple 100 ISO - f/8 - 1/125e > 200 ISO - f/8 - 1/250e

En résumé, dans certaines situations le résultat des automatismes ne vous convient pas, et vous vous voulez volontairement créer une surexposition ou sous-exposition, la correction de l'exposition s'avère  plus efficace et facile à utiliser (notamment pour réaliser un bracketing). Pensez après une modification de l'indice IL, à le remettre sur le point 0 pour les utilisations suivantes

 top

La plupart des photographes amateurs se limitent à  photographier sous un seul angle, en position debout. Pourtant une façon simple de donner de l'originalité à une composition banale, est de changer l'angle de prise de vue.

La contre-plongée est un cadrage lorsque l'axe de l'appareil est dirigé vers le haut. La perspective du sujet s'en trouve modifiée. Pour un sujet de grande taille (un bâtiment, une statue), il suffit de se rapprocher du sujet et de diriger l'appareil vers le haut. Pour un sujet de petite taille (un enfant) il faut alors s'accroupir voire se mettre à plat ventre. Le sujet apparaît souvent dressé sur le fond du ciel, des arbres, d'un plafond.
Lorsque le sujet est rectangulaire, la contre-plongée crée une déformation de l'image. Les verticales convergent dans la partie supérieure de l'image, accentuant l'impression de grandeur. le phénomème de fuite des perspectives se produit uniquement avec la contre-plongée.

La contre-plongée peut être utilisée pour donner un point de vue subjectif pour souligner l'importance, l'autorité.

La plongée est un cadrage lorsque l'axe de l'appareil est dirigé vers le bas.

Au lieu d'insister sur la taille et l'importance du sujet, l'image en plongée a tendance à le minimiser et à le présenter comme simple élément d'un motif, comme une image vue du ciel. Cela permet aussi d'éliminer un arrière plan encombrant qui sera remplacé par le sol d'une terrasse, d'un trottoir, le sable d'une plage...

Un balcon, une fenêtre des étages supérieurs d'un immeuble, un escalier ou escalator, un pont, fournissent d'excellentes occasions pour utiliser le cadrage en plongée.

La plongée peut être utilisée pour donner un point de vue subjectif, pour souligner la fragilité, la soumission.

Mentions légales

Droits réservés

GYPSE VIDEO 2018