Nous avons 9 invités et aucun membre en ligne

La première difficulté d'un débutant est l'autocensure. Peu lui importe la longeur d'une séquence, il filme.

Dès la prise de vues, il est bon d'apprendre à gérer ce qui est utile à filmer et ce qui ne l'est pas pour la comprehension du film. Être sélectif au tournage n'apporte que des avantages : économie des supports (carte mémoire ...), montage faclité.

Le vidéaste filme dans le but de raconter par la suite une histoire. Cette histoire sera construite au montage. Un montage est mieux réussi quand il a été anticipé au tournage : les séquences ont été filmées en obéissant à un processus réfléchi, conçu dans la perspective du montage. Au cinéma cela s'appelle " script ". Bien entendu le script d'un voyage ne peut être élaboré à l'avance, néanmoins, il est possible d'en préparer la trame.

bouton retour

Le travelling est un mouvement du caméra dans le but  soit de suivre un sujet en mouvement, soit de s'en rapprocher ou de s'en éloigner. Il peut être obtenu par différents moyens : en caméscope porté (l'utilisation d'un steadycam est préférable), en utilisant un véhicule. Le milieu professionnel utilse d'autres moyens : chariot circulant sur des rails, grue, louma.

Le travelling peut être combiné à un effet de zoom (avant ou arrière), à un panoramique.

Pour la continuité des plans, veillez à respecter la règle des 180°.

bouton retour

La zoomite, vous connaissez ?

C'est l'utilisation abusive et inutile du zoom, par un débutant.

Le zoom sert à changer de focale . Accessoirement, il peut être utilisé pour créer un effet. Un effet zoom, comme tout autre effet, doit être appliqué à bon escient.

Le zoom avant consiste à attirer l'attention sur un détail ou partie de l'action, par exemple une scène avec plusieurs personnages et dont l'action d'un personnage en arrière plan mérite d'être valorisée. Lorsqu'il s'agit de faire un gros plan sur un détail, il est préférable de montrer un plan large suivi d'un plan serré (le zoom se fait hors enregistrement).

Le zoom arrière part d'un détail pour le replacer dans son contexte général (élargissement du cadre), intéressant pour dégager un effet de surprise.


bouton retour

Le panoramique est un mouvement de caméra qui consiste à balayer avec le caméscope un large champ de vision (horizontalement ou verticalement) sur un axe.

L'utilisation d'un trépied, de préférence à tête fluide, permet de maintenir la régularité et la fluidité du mouvement. Le milieu professionnel emploie pour des situations particulières un matériel tel que grue et louma ; il réalise également un autre type de panoramique : le panoramique azimutal (sur deux axes).

Un panoramique doit toujours démarrer d'un point intéréssant (plan fixe de 1s à 2 s) pour aboutir à un autre point intéressant (plan fixe de 1s à 2s).

Un panoramique peut succéder à un autre panoramique si les deux sont dans la même direction et au même rythme. Dans les autres cas, il faut intercaler entre les panoramiques un plan fixe.

Une astuce pour mieux réussir un panoramique en caméscope porté. Vous voulez filmer du point A au point B. Vous allez effectuer le panoramique en deux temps :

  1. positionnement du corps  : vous vous positionnez jambes écartées face au point B, vous maintenez le caméscope en plaquant les coudes contre votre buste et effectuez une rotation du buste vers le point A.
  2. tournage : du point A, vous démarrez l'enregistrement et effectuez la rotation du buste de A jusqu'à la position du point B en maintenant toujours les coudes plaqués. De cette façon, le mouvement sera pluis fluide.

Un panoramique descriptif ne doit être ni trop rapide ni trop lent. En revanche pour indiquer un changement d'endroit, vous pouvez effectuer un panoramique rapide.

bouton retour

Mentions légales

Droits réservés

GYPSE VIDEO 2017