Nous avons 69 invités et aucun membre en ligne

Lorsque vous filmez un spectacle, n'oubliez pas que vos erreurs de tournage et/ou de montage dévalorisent ce spectacle. Vous vous devez de présenter un film de qualité et en premier réussir le tournage. Disons-le clairement, la tâche est difficile car il n'est pas possible de refaire une prise de vues d'une séquence ratée.

Ne jamais perdre de vue : anticiper le montage est la première règle à mettre en œuvre lors du tournage.

Deux éléments sont à prendre en considération : l'enregistrement de l'image avec la nécessité de varier les plans, l'enregistrement de l'audio en continu, d'où la nécessité d'un matériel adéquat. 

Le matériel minimum à prévoir :

  1. pour un spectacle n'exigeant pas un enregistrement continu  : un caméscope et un micro directionnel externe, un trépied avec rotule fluide afin d'éviter le bougé lors d'un mouvement de caméra.
  2. pour un spectacle où la continuité s'impose (pièce de théâtre) : 2 caméscopes avec trépieds et un micro directionnel externe.

Filmer un spectacle dans un grand espace (stade de France) ou dans une petite salle (salle des fêtes du village) sont deux situations  incomparables.

● Dans un grand espace :

Les conditions sont peu favorables pour réussir un bon tournage dans un grand espace : éloignement de la scène, bruit ambiant, gêne provoquée par les autres spectateurs.

Le vidéaste est contraint de filmer depuis la place qui lui est réservée. Dans de nombreuses situations, pour la continuité du son, il doit tourner en continu. Il ne peut interrompre l'enregistrement pour varier ses plans : il en résulte des mouvements de caméra mal maîtrisés, des changements de focale hésitants (zoom). Il devient nécessaire d'intervenir lors du montage pour supprimer les mauvaises images, sans nuire à la continuité du son.

Comment faire ? La méthode est simple, il suffit de remplacer certaines images par des plans de coupe (par exemple un gros plan sur un élément situé sur la scène (artiste, instrument de musique, décor, matériel sono, éclairage, jeu de lumière ....) ou des lieux (spectateurs ...). Les séquences utilisées en plans de coupe ont été filmées en amont, juste avant le début du spectacle : lieux, spectateurs, scène, éclairage, sono ..., en plans larges et plans serrés.

Lors du montage, il faudra choisir : un plan-séquence (comportant diverses erreurs de tournage) de l'ensemble d'un numéro du spectacle, avec le risque de décevoir le spectateur, ou faire un montage épuré présentant quelques extraits du spectacle  qui susciteront l'intérêt du spectateur. Si vous voulez séduire, corrigez en postproduction les fautes de tournage.

● Dans une petite salle :

Un accord avec un organisateur du spectacle est souvent possible et favorise les conditions de tournage. L'idéal est d'opérer avec deux (voire 3) caméscopes : 

  1. caméscope 1 sur trépied équipé d'un micro directionnel externe, placé dans la salle, près de la scène, en position fixe, en prenant soin d'éviter l'effet  Larsen que peut produire la sono, aura pour priorité d'enregistrer le son en continu et l'image en plan large. La présence de l'opérateur pendant l'enregistrement ne sera pas nécessaire. 
  2. caméscope 2 sur trépied permet de filmer dans des plans variés et sous différents angles (mouvements de caméra, gros plans ...) L'opérateur filme depuis deux ou trois points à condition que ses déplacements ne nuisent pas au bon fonctionnement du spectacle. En postproduction, c'est la vidéo/audio du caméscope 1 qui servira de base au montage.

bouton retour

top

Mentions légales

Droits réservés

GYPSE VIDEO 2017