vos créations

creations3.

Nous avons 27 invités et aucun membre en ligne

Ce tutoriel se présente en 3 volets : 1. Montage vidéo, 2. Montage audio, 3. Exportation

1 : MONTAGE VIDÉO

Qui n'a pas eu une réaction positive ou négavite en écoutant des conteurs d'histoires ? L'un a suscité une émotion, vous a donné envie de l'écouter, l'autre vous a ennuyé.

La vidéo est une histoire, un récit. En réalisant le montage d'une vidéo, rappelez-vous la réaction que vous avez eue en écoutant un conteur. Ayez toujours à l'esprit que votre film va provoquer des réactions. Ne perdez jamais de vue l'intérêt du spectateur. Vous devez le captiver du début jusqu'à la fin.

IMPORTANT : Ne brûlez pas les étapes. Avant d'en arriver au montage, il est fondamental de suivre les étapes :
→ apprendre l'écriture visuelle : qu'est-ce qu'une vidéo ? comment se construit-elle ?
→ maîtriser les techniques du tournage qui serviront à construire votre histoire
→ comprendre les techniques du montage : construction de l'histoire que vous souhaitez raconter
→ bien utiliser les outils de montage pour la mise en œuvre
Il est certes important de se familiariser à la technique, mais il faut garder à l'esprit que celle-ci doit rester au service de l'art.
 
Le montage virtuel (un pro dirait : la postproduction) consiste à organiser, structurer les images vidéo de façon à créer une narration cohérente. Le succès de votre film en dépend. La vidéo est un langage audiovisuel qui, comme tous les langages, obéit à une logique, s'appuie sur des règles pour traduire des sensibilités personnelles, exprimer sa créativité, sensibliser le spectateur, marquer les esprits.

gif anime puces 284 PRÉPARATIFS

Lorsqu'un ordinateur est équipé en plus du DD système (de préférence SSD) d'un disque dur de grande capacité, il est fortement conseillé de le partitionner. Une partition peut alors être dédiée à la vidéo. L'idéal est de prévoir un disque dur (interne ou externe à 7200 t/min) réservé à la vidéo où vous pourrez stocker programmes et archives.

Pour chaque film, ouvrir un dossier spécifique qui contiendra tous les fichiers relatifs au film (fichier projet, rushes, photos, musique, ...). Nommez le dossier et les fichiers avec des noms faciles à mémoriser qui faciliteront d'éventuelles recherches (par exemple : mariage XX, vacances 2011,...)

Plan de travail

Préparez sur une feuille un plan de travail : prenons l'exemple d'un voyage.

Le plan de travail peut suivre un ordre chronologique (J1,J2, ...), le suivi d'un itinéraire (étape1, étape2,...). Un fil conducteur (un personnage, un itinéraire, une voix, ...) permet d'assurer la continuité des événements.

Notre exemple :

puce 103 Introduction : annonce du voyage, la destination, les étapes (ici nous utiliserons comme fil conducteur l'itinéraire : carte avec les différentes étapes)

puce 103 Le voyage : étape 1 (carte avec étape 1), les sites visités, la vie locale, les particularités de l'endroit, étape 2 (carte avec étape 2), les sites, etc...

puce 103 Le final : une brève synthèse du voyage avec des effets (par exemple : mur d'images), générique de fin.

ponctuation-icone-033 Pensez à sauvegarder régulièrement votre projet afin d'éviter d'avoir à recommencer toutes les opérations en cas de plantage consétufif à une mauvaise manipulation : menu Fichier > bouton2. ou touches du clavier bouton1


gif anime puces 284 MONTAGE

Avant-propos

Pour vous permettre d'acquérir dès le début des bases solides, ce tutoriel vous initie au montage uniquement en mode Timeline. Le mode Storyboard offre un intérêt mineur dont l'utilisation peut être envisagée dans des cas exceptionnels, ce mode est principalement destiné aux débutants pour un montage basique, il ne permet pas, en outre, de travailler avec précision (les logiciels pro ne proposent pas le mode Storyboard).

list arrow 1. ouverture du projet

01

  1. Donnez un nom au projet
  2. Cliquez sur le bouton bouton 
options
  3. Cochez Créer un nouveau dossier ....
  4. Indiquez l'emplacement du dossier créé précédemment pour l'enregistrement du projet
  5. Personnalisez les paramètres en fonction des fichiers à importer
  6. Validez en cliquant sur OK


list arrow 2. Acquisition vidéo (ou enregistrement)

Pour procéder à l'acquisition, cliquez sur le bouton bouton3

Une boîte de dialogue s'ouvre.

03

À partir d'un caméscope DV, HDV ou d'un caméscope analogique (ou autre appareil) via une carte d'acquisition vidéo, l'acquisition se fait par capture. La capture permet d'enregistrer tout ou partie d'un rush. La capture partielle d'un rush s'appelle dérushage. La capture est en temps réel : un rush de 10 sec = 10 sec d'enregistrement.

À partir d'un caméscope AVCHD ou tout autre appareil avec support DD, DVD, carte mémoire, l'acquisition se fait par importation. L'enregistement du fichier vidéo est rapide (équivalent du Copier/Coller) mais ne permet pas le dérushage.

À noter : la reconnaissance des scènes n'est pas, dans la plupart des cas, la solution idéale pour le montage. En AVCHD elle n'est pas possible.

À partir d'un support AVCHD

08

  1. Sélectionnez le dossier contenant les médias
  2. Indiquez le dossier de destination où seront enregistrés les médias
  3. Médias à importer

list arrow 3. importation

Les logiciels actuels acceptent divers formats dans un montage. Toutefois, lors de la finalisation, le transcodage de plusieurs codecs est souvent source de conflits lesquels peuvent entraîner des défauts plus ou moins importants : sauts d'images, artéfacts, altération de la luminance et/ou chrominance.

Fréquemment, le transcodage est considéré comme une baguette magique accomplissant des miracles. Les techniques de compression d'une vidéo varient selon le codec utilisé, ainsi nous obtenons pour chaque codec des structures différentes. Un transcodage est destructif, plus encore si l'on s'aventure à vouloir transcoder un montage composé de vidéos adoptant divers formats dont les techniques sont différentes (quantification, GOP, Profil …)

Rien n'interdit de construire un film à partir de diverses sources dont la résolution diffère. L'emploi de plusieurs résolutions (par exemple :1920*1080, 720*576, 640*480 ...) est considéré dans le langage audiovisuel comme une faute de langage. Un usage très exceptionnel au sein d'un montage est acceptable. À chacun son choix : il est toujours préférable d'éviter les fautes.

Une vidéo commence par une intro. Ce peut être un titre, un texte, un générique. L'intro sera réalisée avec l'éditeur de Titres

02

Vous disposez d'un large choix pour réaliser l'intro avec ou sans animation. VDL propose des modèles de films pout l'intro

10

L'intro achevée, nous allons passer au traitement des fichiers vidéo

Pour la compréhension de ceux qui ont l'habitude d'un autre logiciel, j'utilise volontairement un mot synomyme d'objet : objet = scène = élément

ponctuation-icone-033 Sauf dans quelques cas partituliers (enregistrement d'un concert par exemple) la chronologie des rushes d'un tournage correspond rarement à la chronologie qui sera adoptée lors du montage. Il est fortement déconseillé de descendre sur la timeline l'ensemble des médias dont nous aurons besoin, d'autant que chaque rush est appelé à être modifié. Mieux vaut procéder étape par étape, avec cette solution non seulement il est plus facile d'appliquer les règles du montage, (par exemple pour les raccords), mais le travail s'en trouve plus aisé, plus confortable.

Un montage est facilité quand il a été anticipé au tournage, or le débutant filme sans se soucier des phases suivantes. sans penser à la construction de sa vidéo  Suppression des parties inutiles ou trop longues, autant de tâches qui peuvent être simplifiées si elles sont réfléchies à la conception du projet.

Deux méthodes pour importer sur la Timeline*

*Timeline est en vidéo l'ensemble ligne de temps et pistes vidéo et audio (Magix utilise le terme Arrangeur)

39

cas 1 : Média pool > Moniteur > Timeline

05

  1. Dans le Media Pool, cliquez sur le bouton de lecture bouton 14 du média à importer (ici : MVI_2394.MOV). La lecture se lance automatiquement dans le moniteur de prévisualisation.
  2. Au point où vous souhaitez  démarrer la séquence, cliquez sur le bouton Point d'entrée bouton4 et continuez la lecture jusqu'au point où vous souhaitez finir la séquence. Cliquez sur le bouton Point de sortie bouton5

Des outils vous permettent d'avancer ou reculer image par image :

  • la molette (ou jog) bouton6
  • les touches flêche gauche et flêche droite du clavier

Faites glisser l'élément créé dans le moniteur de prévisualisation vers la Timeline

Sélectionnez l'élément qui viendra à la suite (dans notre exemple MVI_032) et faites le glisser sur le moniteur de prévisualisation. Déterminez la (les) partie(s) à conserver comme vous avez fait pour le 1er élément. Ensuite, déposez sur la timeline en collant les objets

Dans le cas où vous devez extraire plusieurs parties du fichier vidéo :

06

  1. Poursuivez la lecture et placez  le curseur de lecture au nouveau Point d'entrée.
  2. Cliquez sur le bouton Point d'entrée bouton4 Déterminez le nouveau Point de sortie et cliquez sur le bouton Point de sortie bouton5
  3. Faites glisser ce nouvel élément sur la Timeline

Passez en mode plein écran pour la prévisualisation

cas 2 : Média Pool > Timeline

09

Sélectionnez le média à importer et cliquez sur le bouton bouton 16.L'élément se place automatiquement à la suite des objets placés sur la piste 1 vidéo

Pour la fluidité du raccord, il peut s'avérer nécessaire de supprimer des images au début de la séquence (et/ou fin de la précédente). Placez le curseur de lecture à l'endroit précis où doit démarrer la séquence (ou finir) 

07

  1. Ouvrez le menu déroulant de l'outil Segmenter
  2. Cliquez sur Supprimer le début (ou Supprimer la fin). Les objets placés sur la piste s'ajustent automatiquement.


list arrow 4. montage

  • 4.1 ajout plan de coupe, transition

Passez en mode grand écran pour la prévisualisation.

La lecture vous montre que la continuité entre 2 objets est interrompue. Comment y remédier ?

Nous abordons là un point essentiel du montage. Bien souvent 2 plans sont liés par un faux raccord. Un faux raccord peut-être dû à un changement dans le décor, dans la lumière ou l'éclairage, dans la position du sujet (personnage, animal, ...). Le raccord implique une suite logique, une cohérence.

Lorsqu'il n'est pas possible de maintenir la continuité entre 2 plans, nous disposons de quelques moyens : insertion d'un plan de coupe, d'une transition

  • le plan de coupe est un plan très court (quelques secondes) qui présente la scène sous un autre angle ou montre un détail ou encore une vue d'ensemble
  • la transition correspond à un code : l'erreur est de vouloir utiliser la palette disponible dans bibliothèque. Dans un film, pour exprimer un changement de lieu, nous utiliserons telle transition et toujours la même, pour un saut dans le temps, telle autre.Un fondu conviendra pour supprimer un faux raccord.  Le choix d'une transition est vaste, l'essentiel est de donner à la transition utilisée une signification précise, compréhensible pour le spectateur. La durée normale d'une transition est 1s.
  • 4.2 ajout d'effet

Ce tutoriel fait volontairement l'impasse sur l'utilisation des outils pour réaliser des effets comme par exemple créer des images clés

11

L'effet peut-être utilisé pour corriger ou améliorer la qualité de l'image (luminosité, contraste, couleurs, stabilisation, ...), pour modifier une apparence (effet de mouvement, position/taille, vitesse, distorsion, etc.). Le rôle d'un effet est d'apporter une plus value à l'image en suscitant une émotion, un sentiment, en accentuant une action. Si certaines scènes se prêtent volontiers à des excentricités, d'autres exigent la sobriété. Un effet ne doit jamais prévaloir l'importance de l'image. Vous disposez en effet, avec VDL, d'une riche bibliothèque d'effets, n'oubliez pas que l'effet choisi doit, pour le spectateur, faire bon effet.

  • 4.3 ajout d'image fixe

Comme pour le plan de coupe, l'ajout d'une image fixe sert de transition entre 2 plans, parachève un mouvement de caméra (zoom, travelling, panoramique), apporte des détails suplémentaires (par exemple : plan d'un monument suivi de 4 ou 5 plans fixes pour montrer des détails). Voir à ce propos mon tutoriel : arrêt sur image.

L'ajout d'un diaporoma peut enrichir une vidéo à la condition que celui-ci soit de courte durée. Un diaporama par incrustation sur un objet vidéo peut s'avérer séduisant.

 

list arrow 5. conclusion

En construisant le montage élément par élément, il est plus aisé de mettre en œuvre les techniques du montage, donc d'avoir rapidement un aperçu précis de ce que sera le résultat. Cette méthode révèle l'inanité de vouloir importer dans la timeline une série d'objets qui sont appelés à être modifiés.

La partie montage vidéo achevée, nous pouvons entamer le montage audio qui est le deuxième volet de ce tutoriel.

Si vous avez des problèmes d'utilisation d'un logiciel MAGIX, le forum MAGIX vous aidera, en revanche ne comptez pas y trouver des réponses sur les techniques du montage.

bouton retour

top

Mentions légales

Droits réservés

GYPSE VIDEO 2017